Survie

Niger : les fainéants d’Areva

(mis en ligne le 10 mai 2012) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Au Niger, le personnel nigérien du site d’Imouraren a entamé le 25 avril une grève d’avertissement de sept jours. Les travailleurs d’Imouraren protestent contre leurs conditions de travail.

Sur ce site, situé au nord d’Agadez, Areva creuse l’une des plus grandes mines d’uranium au monde (...) Premier grief fait à la société Imouraren par les grévistes : le non respect de la réglementation du travail au Niger.

« Nous travaillons 12 heures sur 24, confie ce conducteur de gros engin. On monte à 1 heure de la nuit pour descendre à 6h du matin... petit déjeuner entre 6h30 et 7h. Si on trouve le sommeil entre 7h et 10h le compte est bon, il faut se réveiller pour déjeuner à 10h et se préparer à reprendre le boulot pour 6 heures d’affilée encore ! On manque terriblement de sommeil ! Ou sommes- nous des robots ?  »

« Sur les autres chantiers d’Areva, Cominak et Somaïr, des ouvriers comme nous, ajoute un autre, travaillent huit heures seulement sur 24 h alors qu’ils gagnent en primes et salaires deux fois plus que nous. » (RFI, 25 avril).

Pour tout commentaire, Areva a estimé qu’Imouraren n’est encore qu’un projet et qu’avec ce genre de grève, il sera difficile de tenir le délai de 2014 pour la production des premiers kilogramme d’uranate sur le site !

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 213 - mai 2012
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi