Survie

Les Caïmans, fournisseur de la Côte d’Ivoire

(mis en ligne le 10 juillet 2012) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

La reprise économique de la Côte d’Ivoire se traduit paraît-il par une forte croissance de ses importations (+ 199%) et de ses exportations (+64,34%) sur les quatre premiers mois de l’année 2012 (Agence Ecofin). Les importations ont atteint 2,38 milliards d’euros et proviennent essentiellement de la Chine, de la France, du Nigeria et... des îles Caïman dans les Caraïbes et du Vanuatu.

En tête de ces importations : 609,5 millions d’eu­­ros de produits énergétiques (combustibles, matières bitumineuses) et des équipements de transport et de production.

Paradis fiscal et haut lieu de création de sociétés offshore et de sociétés écrans, les îles Caïman sont la cinquième place financière mondiale avec moins de 50 000 habitants. Les seules industries existantes sont le tourisme et la finance. Pas l’ombre d’une raffinerie pétrolière.

Rappelons que les premiers utilisateurs des paradis fiscaux sont les entreprises qui évadent leurs bénéfices et capitaux et se soustraient donc à l’impôt. Le mécanisme est connu : multiplier les filiales dans les paradis fiscaux, puis par un tour de passe- passe comptable, faire apparaître les profits dans ces filiales non imposées.

Dans le cas ivoirien, une question reste en suspens : qui sont les actionnaires de la société écran des Caïmans qui exporte des produits énergétiques en Côte d’Ivoire ? La Société Nationale d’opération pétrolières de la Côte d’Ivoire (PETROCI) ? La Société ivoirienne de raffinage (SIR) ?

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 215 - juillet-août 2012
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi