Survie

Les contradictions fabusiennes

rédigé le 2 octobre 2012 (mis en ligne le 15 octobre 2012) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

On a vu cet été le Parti socialiste nous affirmer sans rire que, pour faire avancer les Droits humains au Gabon ou au Congo-Kinshasa, il était nécessaire de maintenir des relations au plus haut niveau et de ne pas prendre le risque de couper le dialogue : l’important est paraît-il de poser des « exigences fortes » sur la démocratie et les droits humains.

Cela n’est vraisemblablement pas valable pour tous les pays, à en juger par cette appréciation portée par Laurent Fabius pendant la conférence des ambassadeurs, sur la politique de sévérité de l’Union européenne à l’égard d’autres dictatures :

« L’Europe, premier bailleur, joue un rôle de premier plan en matière d’aide au développement, de levier sur les régimes dictatoriaux ­ – je pense notamment à la politique de sanctions qui a porté des fruits en Birmanie –, de dialogue politique à haut niveau, notamment sur le nucléaire iranien. Ces actions européennes seront consolidées. »

Question au ministre : la France va-t-elle revoir sa politique d’aide au développement vis-à-vis des dictatures françafricaines en prenant des sanctions, pour s’en servir de levier ?

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 217 - octobre 2012
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi