Survie

Racket bancaire

rédigé le 9 février 2013 (mis en ligne le 13 février 2013) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Depuis des années, les transferts d’argent des migrants africains font l’objet d’un racket indécent par des établissements financiers se comportant comme de vulgaires usuriers. Un état de fait dénoncé depuis des années.

La Banque mondiale a publié, le 28 janvier, un rapport sur le sujet avec des chiffres saisissants : en 2012, les migrants africains ont envoyé près de soixante milliards de dollars dans leur pays d’origine. Les commissions prélevées par les établissements financiers se sont relevées à 12,4% pour les transferts d’argent vers l’Afrique sub-saharienne contre 8,9% pour l’ensemble du globe et 6,5% en direction de l’Asie du Sud en 2012. Les frais payés par les migrants africains sont donc les plus élevés du globe.

Ramenés à 5%, objectif fixé par la communauté internationale pour 2014, les migrants africains économiseraient quatre milliards de dollars par an, selon les calculs de la Banque mondiale.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 221 - février 2013
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du retard. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi