Survie

Hollande et la Françafrique normalisée

rédigé le 3 juillet 2013 (mis en ligne le 8 juillet 2013) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Mardi 25 juin, François Hollande recevait à l’Elysée une délégation de quarante grands patrons chinois, pour les inviter à investir dans l’hexagone... et au-delà :

« Investir en France, c’est avoir accès au marché européen. C’est avoir également une coopération de haut niveau, en matière technologique ; c’est embrasser un savoir-faire, une qualité de main-d’œuvre, en France. C’est aussi une porte d’entrée avec l’Afrique, et nous sommes prêts à travailler ensemble pour conquérir des marchés tiers. »

Ce sont les Français qui ont la clef ? Hélas pour Hollande, réduit à vanter le fameux « savoir-faire français » des réseaux françafricains, les Chinois n’ont besoin de personne pour entrer en Afrique. Et puis, tout ce petit monde n’a pas attendu François Hollande puisque, par exemple, le groupe Bolloré a créé une société au Gabon avec la fille d’Omar Bongo, Pascaline Bongo dans le fauteuil de PDG, pour vendre la clef de l’Afrique aux Chinois.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 226 - juillet-août 2013
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi