Survie

Hollande et la Françafrique normalisée

rédigé le 3 juillet 2013 (mis en ligne le 8 juillet 2013) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Mardi 25 juin, François Hollande recevait à l’Elysée une délégation de quarante grands patrons chinois, pour les inviter à investir dans l’hexagone... et au-delà :

« Investir en France, c’est avoir accès au marché européen. C’est avoir également une coopération de haut niveau, en matière technologique ; c’est embrasser un savoir-faire, une qualité de main-d’œuvre, en France. C’est aussi une porte d’entrée avec l’Afrique, et nous sommes prêts à travailler ensemble pour conquérir des marchés tiers. »

Ce sont les Français qui ont la clef ? Hélas pour Hollande, réduit à vanter le fameux « savoir-faire français » des réseaux françafricains, les Chinois n’ont besoin de personne pour entrer en Afrique. Et puis, tout ce petit monde n’a pas attendu François Hollande puisque, par exemple, le groupe Bolloré a créé une société au Gabon avec la fille d’Omar Bongo, Pascaline Bongo dans le fauteuil de PDG, pour vendre la clef de l’Afrique aux Chinois.

Soutenez l'action en justice contre Total !
Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 226 - juillet-août 2013
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi