Survie

Non ingérence à géométrie variable

rédigé le 1er avril 2014 (mis en ligne le 8 avril 2014) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Interrogée sur la volonté du président Blaise Compaoré de modifier la constitution pour se maintenir au pouvoir, la ministre française de la francophonie se fait conciliante : « Il n’est pas le seul dans ce cas et je ne vais pas faire d’ingérence. Chacun fera ce qu’il voudra, la France n’a pas d’ordres à donner » (JeuneAfrique.com, 7 mars).

Un souci de la discrétion qui l’honore... La même déclarait pourtant après l’élection du nouveau président malgache, Hery Rajaonarimampianina, que le putschiste Andry Rajoelina « n’est pas quelqu’un que l’on peut écarter » et qu’il « fera partie, certainement, de ce gouvernement » (23 janvier).

On espère qu’elle n’est pas trop déçue que Hery Rajaonarimampianina n’ait pas suivi ses avis éclairés, délivrés sur RFI, mais bien entendu sans avoir voulu « faire d’ingérence »...

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 234 - avril 2014
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi