Survie

Bouteflika « réélu » sans surprise

rédigé le 28 avril 2014 (mis en ligne le 26 mai 2014) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Des militants du collectif Action Citoyenne pour l’Algérie ont protesté devant l’Élysée et l’ambassade des États-Unis pour dénoncer la « caution apportée à la dictature algérienne ».

Avec un score officiel de 81,5 %, Abdelaziz Bouteflika (réapparu publiquement pour la première fois depuis 2 ans, en fauteuil roulant) s’est offert une nouvelle réélection «  à la Brejnev » pour reprendre l’expression d’un diplomate états-unien commentant la présidentielle algérienne de 2009, dans un câble diplomatique révélé par Wikileaks.

La présidence française a salué l’élection dans un communiqué, certes court, mais plein de « souhaits de succès », d’«  esprit d’amitié et de respect », de « liens exceptionnels » et de « vœux chaleureux », où on cherchera en vain toute critique ou même distance face à ce score écrasant.

L’opposition algérienne dénonce tout particulièrement les taux de participation qui ont été annoncés par les autorités. Le Monde (19/04) rapporte les propos d’Amira Bouraoui, du collectif Barakat : « Visiblement, les imams ont reçu des instructions pour dire que le peuple avait voté pour la stabilité et qu’il ne fallait pas suivre ce que disent les intellectuels [qui dénoncent le résultat]. C’est fou ! L’Etat utilise la religion. Ils l’avaient déjà fait une fois et ça a mal tourné ». Il est vrai que depuis 1992, les généraux qui tirent les ficelles dans l’ombre du pouvoir civil n’ont pas hésité à instrumentaliser et manipuler le terrorisme islamiste.

L’Union européenne s’est faite plus discrète, n’ayant d’ailleurs pas déployé de mission d’observation de l’élection, apprenant peut-être de ses erreurs lorsque ce type de mission avait été dénoncé comme caution à des élections frauduleuses, au Togo notamment.

Pour la France et les Européens, le régime algérien reste un atout de poids, tant pour le rôle qu’il est sensé jouer contre le terrorisme au Sahel que pour les hydrocarbures que le pays fournit : un tiers de la consommation européenne en provient...

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 235 - mai 2014
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi