Survie

Valls militaire

rédigé le 1er décembre 2014 (mis en ligne le 25 février 2015) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Après s’y être rendu une première fois en tant que ministre de l’Intérieur, Manuel Valls a effectué sa deuxième tournée en Afrique. Officiellement comme Premier ministre, mais visiblement comme postulant au poste de chef de l’Etat et des armées. Le Premier ministre français s’est entretenu en « tête à tête » avec le dictateur tchadien Idriss Déby, qu’il avait déjà rencontré en marge du sommet sur la sécurité organisé l’année dernière par Paris. Il a ensuite rendu visite, avec le ministre français de la Défense, aux militaires du dispositif Barkhane, dont l’état-major se trouve à N’Djamena. Il a, défense de rire, salué leur « rôle d’avant-garde de la démocratie » (Rfi.fr, 22/11) avant de déjeuner avec eux. Les démocrates tchadiens réprimés n’étaient pas invités… Rebelote le lendemain au Niger où Valls a rendu visite à Areva et à la base militaire aérienne française. Il a été également décoré par un président nigérien ne tarissant pas d’éloges sur la force antiterroriste française. Valls a, à cette occasion, confirmé qu’une base temporaire à Madama, à la frontière libyenne, devrait être opérationnelle avant la fin de l’année. « C’est agréable de représenter la France à l’étranger », a conclu, au terme de son voyage celui qui « entretient ses réseaux africains » (RFI, 23/11) en vue de la prochaine présidentielle…

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 241 - décembre 2014
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du retard. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi