Survie

Areva dégoûtée

rédigé le 1er février 2015 (mis en ligne le 11 février 2015) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

L’Observatoire du nucléaire avait été condamné en première instance pour diffamation, après avoir estimé que le « don » de 35 millions d’euros d’Areva à l’État nigérien, qui avait permis au président Issoufou de se doter d’un nouvel avion présidentiel, constituait « une manœuvre de corruption, probablement sur le plan légal et assurément sur le plan moral ».

Le 21 janvier, le verdict de la cour d’appel de Paris est tombé : Areva est débouté. Lors du procès en appel, l’Observatoire avait notamment produit un extrait de rapport parlementaire dans lequel le député socialiste Pascal Terrasse déclarait : « On peut toujours chercher à laver plus blanc que blanc, mais les Canadiens, les Américains ou les Chinois ne se posent pas se genre de questions (…). Les responsables politiques, notamment africains, font monter les prix des autorisations [pour les industries extractives]. C’est ainsi qu’Areva a dû acheter au président de la République nigérienne un avion de 32 millions d’euros il y a quinze jours ! ».

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 243 - février 2015
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi