Survie

Cynisme meurtrier

rédigé le 1er mars 2015 (mis en ligne le 12 mars 2015) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

La mer méditerranée n’en finit pas d’être le cimetière des migrants qui bravent l’interdiction de pénétrer en Europe. Un dernier drame illustre bien le cynisme des politiques européennes en la matière. Le 7 février dernier, des centaines de personnes ont été embarquées de force sur des bateaux pneumatiques de fortune par des maffieux libyens alors que la tempête menaçait. Plusieurs centaines sont disparues en mer, dont de nombreux enfants. L’un des bateaux a pu être secouru par les forces de l’opération Triton, mise en place depuis le 1er novembre 2014 sous l’égide de l’agence européenne Frontex (pour « Frontières extérieures ») afin de surveiller les routes migratoires vers l’Italie. « Faute de place à bord, la plupart des migrants ont dû prendre place à la proue des navires de secours. À leur arrivée à Lampedusa, les vedettes des garde-côtes transportaient 29 cadavres » (LeMonde.fr, 10/02). Morts de froid. Contrairement à la précédente opération Mare Nostrum, mise en place par l’Italie après la mort de plusieurs centaines de migrants au large de Lampedusa et Malte, l’opération Triton n’a pas vocation à secourir les migrants qui tentent de traverser la Méditerranée. Juste à les surveiller…

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 244 - mars 2015
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du retard. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi