Survie

Visite amicale en dictature (presque) francophone

rédigé le 1er mars 2015 (mis en ligne le 12 mars 2015) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Annick Girardin, secrétaire d’État au développement et à la francophonie, s’est rendue en visite en Guinée équatoriale du 8 au 10 février, à l’occasion de la finale de la Coupe Africaine des Nations. La Guinée équatoriale est en effet membre de l’Organisation Internationale de la Francophonie depuis 1989, pour des raisons qui ont moins à voir avec la défense de la langue française qu’avec celle de la Françafrique sous Mitterrand. Aucun membre du gouvernement français ne s’était rendu dans le pays depuis 8 ans, et ce n’est pas la saisie par la justice française des biens mal acquis du fiston Téodorin qui avait réchauffé l’ambiance diplomatique entre les deux pays. Mais là n’est pas la raison de la visite de la secrétaire d’État, promis-juré. Officiellement, selon LeMonde.fr (08/02), il y aura « au menu des entretiens, les enjeux de la francophonie (...), le climat et la coopération, les droits humains et la liberté d’expression ». Autant de sujets, qui, comme chacun sait, passionnent le dictateur équatoguinéen.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 244 - mars 2015
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi