Survie

Sucre mozambicain et justice amère

rédigé le 3 avril 2015 (mis en ligne le 7 avril 2015) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

En cas de meurtre d’un ressortissant français à l’étranger, la justice française ouvre systématiquement une enquête. Ou presque. Dans le cas de Gilles Cistac, qui avait la double nationalité française et mozambicaine, son assassinat par des individus armés dans les rues de Maputo, le 2 mars, a laissé le Parquet français de marbre. Il faut dire que ce professeur de droit était connu pour sa proximité avec l’opposition, et que si le gouvernement mozambicain a officiellement condamné cet « acte macabre », on peine à croire à sa tristesse. La diplomatie française, quant à elle, est forcément « économique » avant tout : à la tête de l’Etat depuis 1975, le Frelimo, parti marxiste devenu libéral, dirige un pays dont les 8 % de croissance aiguisent les appétits tricolores, notamment ceux du géant sucrier Tereos. Le nouveau président, Filipe Nyusi, est attendu pour une visite officielle à Paris d’ici quelques mois : il ne faudrait pas qu’un assassinat politique empêche de faire des affaires.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 245 - avril 2015
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi