Survie

Premier ministre béninois des Affaires étrangères françaises ?

rédigé le 7 juillet 2015 (mis en ligne le 28 juillet 2015) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Si l’on en croit La Lettre du continent (19/06), le président béninois Boni Yayi aurait sollicité le chef de la diplomatie française pour convaincre Lionel Zinsou d’accepter le poste de Premier ministre.

Ce Franco­-Béninois fut en effet le conseiller spécial de l’un comme de l’autre. Une bonne affaire pour le président béninois, qui pourra compter sur l’indulgence de la diplomatie française à l’égard de son régime en bout de course.

Une meilleure affaire encore pour la « diplomatie économique » chère à Laurent Fabius. Zinsou reste en effet administrateur de la fondation AfricaFrance qu’il a fondée sous le parrainage de Hollande il y a quelques mois et qui vise à promouvoir les intérêts des entreprises françaises face à la concurrence, chinoise notamment.

Un candidat rêvé pour la France s’il décidait d’utiliser son poste comme rampe de lancement pour la prochaine élection présidentielle au Bénin...

Quant au remplaçant de Zinsou à la tête de la fondation AfricaFrance, Hakim El Karoui, lui aussi passé par la banque Rothschild, il a été la plume de Raffarin, soutien de Ségolène Royal en 2007, mais surtout mis en cause au moment de la révolution tunisienne pour avoir conseillé Ben Ali jusqu’au bout... Une belle équipe !

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 248 - juillet-août 2015
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi