Survie

Justice à petits pas

rédigé le 10 octobre 2016 (mis en ligne le 18 octobre 2016) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

En mars 2014, le premier procès d’un Rwandais accusé de génocide, Pascal Simbikangwa dit Safari, avait lieu à Paris et se concluait par la condamnation de ce der­nier à 25 ans de réclusion criminelle pour « crime de génocide et complicité de crime contre l’humanité, pratique massive et systématique d’exécutions sommaires pour des motifs idéologiques et en exécu­tion d’un plan concerté contre un groupe de population civile ». Un tribunal français affirmait ainsi pour la première fois que le génocide des Tutsi n’est pas contestable­. On peut noter que le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR) avait retenu cette qualification dès 1998. Nous nous étions réjouis de cette brèche dans l’impu­nité en France des crimes commis lors de ce génocide, tout en regrettant les lenteurs de la justice, particulièrement alors que des responsabilités françaises pourraient être en cause. Le procès en appel de Pascal Sim­bikangwa aura lieu a partir du 25 octobre, durant 6 semaines, devant la cour d’assises de Bobigny, près la cour d’appel de Paris.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 261 - octobre 2016
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi