Survie

Liberté coloniale

rédigé le 5 mai 2017 (mis en ligne le 18 septembre 2017) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

28 tirailleurs sénégalais ont finalement été naturalisés en grande pompe le 15 avril dernier. A l’occasion de la cérémonie à l’Elysée, Hollande s’est un peu laissé aller : « Vous êtes l’histoire de France (...) La France est fière de vous accueillir, comme vous avez été, vous, fiers de porter son drapeau, celui de la liberté », a­-t­-il déclaré à ceux qui avaient combattu en Indochine et en Algérie dans l’armée coloniale française. « C’est bien connu : entre 1945 et 1962, en Indochine et en Algérie, le drapeau bleu­-blanc­-rouge était un vrai symbole de liberté », commente le Canard enchaîné (19/04). L’hebdomadaire satirique rapporte également l’appréciation de l’historienne Armelle Mabon, qui travaille sans relâche à faire la lumière sur le massacre de Thiaroye contre la version officielle de l’armée française : « Cette céré­monie était une mascarade ! C’est plus fa­cile de naturaliser quelques survivants que de démonter un mensonge d’Etat... »

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 267 - mai 2017
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi