Survie

Avoir un bon copain

rédigé le 7 août 2017 (mis en ligne le 23 novembre 2017) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Malgré le caractère « strictement personnel » de la visite que la nouveau président français a rendu au roi du Maroc à la mi­juin, il a été interrogé par la presse sur les arrestations et la répression du mouvement social dans la région du Rif, qui menaçait de s’étendre à d’autres régions du pays.

Un bel exercice de langue de bois pour celui qui se gargarise de faire de la politique autrement :

« Nous avons évoqué ce sujet dès le début, je l’ai abordé de manière très directe et naturelle, a­-t­-il expliqué. J’ai senti que le roi considère qu’il est normal qu’il y ait des manifestations, [...] que son souhait est d’apaiser la situation en apportant de la considération à ces régions et des réponses très concrètes en termes de politiques publiques. La discussion que nous avons eue ne me donne pas lieu de craindre à une volonté de répression » (Libération, 15/06).

Les militants emprisonnés ont dû être rassurés... et si de nouvelles arrestations et des condamna­tions à de la prison ont eu lieu depuis, c’est évidemment par souci « d’apaiser la situation » et sans aucune « volonté de répression ».

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 269 - juillet-août 2017
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi