Survie

À qui profite le crime ?

rédigé le 14 mai 2018 (mis en ligne le 1er mars 2020) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

La coopération des pays européens avec le Soudan en matière de répression de l’immigration n’est malheureusement pas une exception. Un rapport («  Expanding the fortress », 14/05) réalisé par TNI, une ONG danoise, confirme les conséquences politiques de l’externalisation des frontières de l’Union européenne dans les pays voisins, notamment le développement de la coopération avec des régimes autoritaires en dehors de tout contrôle du parlement européen. Cette collaboration s’accompagne d’une militarisation et d’une brutalisation croissante de la lutte contre les migrants et renforce également les tendances criminelles de nombreux régimes contre leurs propres populations. Paradoxe apparent : les ventes d’armes européennes à ces régimes « alimentent les conflits, les actes de violence et de répression, et de ce fait contribuent à l’augmentation du nombre de réfugiés ». Le rapport constate aussi que l’« augmentation des forces militaires et de sécurité européennes dans les pays tiers », « les financements et les dons en matière d’équipements militaires et de sécurité ainsi que la pression accrue sur les pays tiers pour qu’ils renforcent leurs capacités de sécurité aux frontières » ont conduit à une croissance du « marché de la sécurité en Afrique ». Or, « l’augmentation des dépenses en matière de sécurité des frontières a bénéficié à un large éventail d’entreprises, en particulier des fabricants d’armes et des sociétés de sécurité biométrique » européennes, comme « le géant de l’armement français Thales, qui est également un exportateur incontournable d’armes dans la région ». Les contrats de conseils ou de formation profitent également à « un certain nombre d’entreprises semi-publiques et d’organisations internationales  » comme la société para-gouvernementale française Civipol. Or « les groupes Thales, Airbus et Safran sont présents au capital de Civipol, qui a rédigé en 2003, à titre de consultant pour la Commission Européenne, un document très influent établissant les fondations pour les mesures actuelles d’externalisation des frontières, dont elle bénéficie aujourd’hui. » Et la boucle est bouclée...

a lire aussi