Survie

AFD : tête haute, mains propres ?

rédigé le 22 octobre 2018 (mis en ligne le 29 octobre 2018) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Trois associations gabonaises ont contesté devant le tribunal administratif de Paris la garantie que l’État français a accordé à un prêt consenti par l’Agence française de développement (AFD) au Gabon le 11 juin dernier, au motif que ce dernier « n’a pas pour objet réel de […] concourir au développement du pays », mais vise à « maintenir en place le gouvernement d’Ali Bongo Ondimba » (Jeuneafrique.com, 04/09).

Interrogé par Le Monde (18/09), le directeur général de l’AFD, Rémy Rioux assure du contraire : l’AFD « veut assurer la stabilité macroéconomique du pays (...) pour éviter que les populations ne soient touchées plus durement encore ». Et à ceux qui l’accusent de collaborer avec des régimes autoritaires qui répriment leurs oppositions, il se réclame de Péguy : « Ils ont les mains pures mais ils n’ont pas de mains. » Et de donner des gages sur la réalisation des projets financés par l’AFD à l’heure où les autorités françaises ont promis une forte hausse de l’aide française : « Nous devons être transparents et rendre des comptes ».

Manifestement, c’est mal parti : comme l’explique le journaliste Emmanuel Freudenthal sur son compte Twitter (10/09) l’AFD a en effet refusé de lui communiquer des documents relatifs à un prêt de 46 millions d’euros récemment accordé au Cameroun pour la rénovation de l’aéroport de Douala. Pire : la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA) a validé ce refus de transparence de l’AFD au motif que cette dernière est une « institution financière spécialisée », c’est-à-dire une banque, quand bien même une partie des fonds qu’elle gère sont d’origine publique...

Contribuez au projet "Bisesero, un scandale français"
Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 281 - octobre 2018
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi