Survie

Ouattara fait le ménage

rédigé le 21 décembre 2019 (mis en ligne le 4 avril 2020) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Conforté par la visite de Macron le 21 décembre dernier, Ouattara poursuit le grand ménage entrepris avant la prochaine élection présidentielle. C’est au tour de Guillaume Soro, son ancien allié avec lequel les tensions couvaient depuis 2017, d’en faire les frais. Un mandat d’arrêt international a été émis, lundi 23 décembre, par la justice ivoirienne (aussi indépendante que du temps du parti unique) contre l’ex-chef de la rébellion qui venait de se déclarer candidat pour le scrutin de 2020. Pour l’occasion, on a exhumé d’intéressants enregistrements : « M. Soro y assure auprès de ses interlocuteurs avoir ses hommes "positionnés un peu partout" en vue de profiter d’"une insurrection populaire". Dans le tourbillon des accusations, Afoussiata Bamba, l’une de ses proches, reconnaît que ces propos ont bien été échangés avec Francis Perez, un patron de salles de jeux en Afrique et "une barbouze" française [selon des sources ultérieures, il s’agirait en fait d’Olivier Bazin - profil similaire], mais que la bande a été coupée et remonte à 2017. » (LeMonde.fr, 27/12) Soro, dont l’implication dans le coup d’État manqué des fidèles de Blaise Compaoré au Burkina Faso en 2015 avait déjà été révélée par des écoutes téléphoniques, ne change décidément pas… Mais ce dernier dément et assure qu’il « ne reconnaît qu’une seule déstabilisation, celle du 19 septembre 2002 pour le compte de l’actuel président de la République, M. Alassane Dramane Ouattara  ». Espérons que le grand déballage va se poursuivre…

Soutenez l'action en justice contre Total !
Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 293 - janvier 2020
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi