Survie

Silence intéressé

rédigé le 21 janvier 2021 (mis en ligne le 17 mars 2021) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

« Nous recevons des rapports concordants à propos de violences ciblant certains groupes ethniques, d’assassinats, de pillages massifs, de viols, de retours forcés de réfugiés et de possibles crimes de guerre  », alertait Josep Borrell, le haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères, qui annonçait la suspension de 88 millions d’euros d’aide destinée au gouvernement éthiopien (Mediapart, 21/01). Chercheurs, ONG et journalistes tirent aussi la sonnette d’alarme. « Une voix manque cependant à ce concert d’alertes  », note le journal en ligne : «  celle de la France. Le Quai d’Orsay n’a produit qu’un seul communiqué concernant le Tigré (…) Exploit diplomatique, le mot « guerre » n’y apparaît pas ; celui de « crimes de guerre » encore moins. Il ne comporte ni interpellation des belligérants – qui ne sont d’ailleurs même pas cités –, ni appel à une enquête indépendante sur d’éventuelles violations des droits humains. Les mêmes éléments de langage étaient repris trois jours plus tard à l’occasion de la visite en France du ministre des affaires étrangères éthiopien Demeke Mekonnen.  » Sur place l’ambassadeur fait l’ambassadeur et se félicite des bonnes relations qu’il entretient avec le gouvernement. « Selon une source diplomatique étrangère, la France ne se contente pas de rester discrète sur la situation au Tigré ; elle freine également les velléités des membres de l’Union européenne qui voudraient dénoncer plus ouvertement l’attitude des autorités éthiopiennes et de leurs alliés érythréens.  » Comme d’habitude, les diplomates assurent éviter les dénonciations publiques afin de « maintenir un canal de communication » et faire passer des messages en privé. Mais là encore, «  le quasi-silence français semble en réalité avoir d’autres explications : ne pas gâcher l’amitié entre Emmanuel Macron et le premier ministre éthiopien Abiy Ahmed Ali et, surtout, ne pas compromettre les intérêts commerciaux français dans un pays vu comme économiquement prometteur et politiquement stratégique. » Comme si c’était le genre de la maison...

Soutenez l'action en justice contre Total !
Cet article a été publié dans Billets d’Afrique Février 2021
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi