Survie

Réécritures de l’histoire

(mis en ligne le 11 octobre 2022) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

L’ancien président du Burkina Faso Blaise Compaoré, récemment condamné à la prison à perpétuité par la justice burkinabé pour l’assassinat de Thomas Sankara et de ses compagnons, a été invité à rentrer au pays par la junte militaire au pouvoir. Il s’agit officiellement de promouvoir la réconciliation nationale pour faire front face au terrorisme. À cette occasion, l’Agence France Presse, qui donne le "la" dans un certain nombre de rédactions, écrit tranquillement que « le président Compaoré avait été contraint de partir en exil en Côte d’Ivoire en octobre 2014, au lendemain de violentes émeutes populaires et sous la pression de l’armée et de l’opposition » (AFP, 06/07/22). Rappelons qu’en fait d’exil contraint, Compaoré s’était enfui avec les caciques du régime et avait finalement été exfiltré par les forces spéciales françaises, à la demande de l’Élysée. Ainsi soustrait à la justice de son pays par les hommes du COS, l’ancien dictateur avait ensuite reçu la nationalité ivoirienne de la part de son ami Ouattara pour parer aux éventuelles demandes d’extradition. Le Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples dénonce aujourd’hui « la restauration des caciques du régime déchu de Blaise Compaoré et l’absolution de tous leurs crimes sous prétexte de réconciliation nationale. » (Rfi.fr, 08/07/22)

a lire aussi