Survie

Aventis : RESULTATS FINANCIERS EN HAUSSE / FERMETURE DE SITE CONFIRMEE

Publié le 6 février 2003 - Dobian Assingar, Massalbaye Tenebaye (LTDH)

Conférence de presse de l’intersyndicale d’Aventis Pharma Romainville Jeudi 6 février, 10h30 - 102 route de Noisy, Romainville

AVENTIS PERSISTE A VOULOIR FERMER UN CENTRE DE RECHERCHE

Dans le même temps où Aventis, n°1 de la pharmacie française, annonce aux marchés financiers des résultats 2002 en très nette hausse et supérieurs aux prévisions,

Résultats net 2002 : 2,091 milliards d’€ contre 1,505 en 2001 en croissance de 28%

La direction déclare au CCE du 4 février 2002 qu’elle maintient son projet de restructuration qui prévoit l’abandon d’axes de recherches en anti-infectieux et dans la maladie de Parkinson, et la fermeture du site de Romainville. Ce plan s’accompagne de la suppression de 666 postes et du transfert de 400 autres.

La logique financière prend le pas sur la logique scientifique, sanitaire, et encore une fois la seule solution pour améliorer les résultats de l’entreprise reste la diminution de l’emploi.

Pour rappel, l’ensemble des élus et des organisations syndicales ont demandé en octobre, puis le 10 janvier, le retrait de ce plan de restructuration qui n’est justifié par aucun élément économique, scientifique et social.

Ne pouvant admettre que le deuxième centre de recherche pharmaceutique en France soit détruit, et conscients de son potentiel pour participer à la réponse aux besoins de santé, les élus CGT et CFDT du site de Romainville ont présenté, en lien avec des scientifiques, un projet de maintien d’activités de recherches et de développement pharmaceutique à Romainville.

Ce projet, nommé Nereïs, vise à la création, à Romainville, d’un pharma pôle permettant de faire avancer les recherches tant publiques que privées sur des maladies négligées par les multinationales de la pharmacie.

Cette contre-proposition a reçu le soutien du Conseil Général, de la Députée de la circonscription, du Conseil Régional, et suscite l’intérêt de responsables de l’OMS, de MSF, de la recherche publique et de différents industriels ou responsables scientifiques de la pharmacie.

Hier, lors du C.C.E. d’Aventis Pharma SA, les dirigeants ont refusé de s’investir dans un tel projet.

Le gouvernement concerné par cet abandon industriel et scientifique irréversible est interpellé.

En effet :
- comment accepter un plan social avec fermeture de site dans une entreprise qui génère plus de 2 milliards d’€ de résultat net ?
- comment accepter la casse d’équipes et l’arrêt de recherche dans des maladies qui malheureusement font plusieurs millions de morts par an ?
- comment accepter la destruction d’un outil performant utile dont la recherche publique et les instituts de recherche ont besoin ?

Demain jeudi 6 février, lors de la conférence de presse, nous vous présenterons le projet Nereïs, et répondrons à vos questions sur l’ensemble de ces points.

Contacts :
- Thierry Bodin
- Christiane Chasseloup
- J.-F. Chavance
- François Ottello

a lire aussi