Survie

Criminalité financière contre bien public mondial

Publié le 29 novembre 2001 - Odile Tobner

Si l’on veut plus de biens publics dans le monde, c’est qu’y prospèrent comme jamais des maux secrets qui sont en train de les détruire : toute une criminalité économique liée à l’essor des paradis fiscaux, de l’argent sale ou frauduleux.

Mafias, escros et terroristes ont le champ libre pour engranger les dollars par centaines de millions, sinon par milliards. L’engagement en faveur des biens publics mondiaux est indissociable d’un combat contre la criminalité financière qui pille tant de pays du Tiers-Monde, y confortant les dictatures, et qui entraîne l’Occident dans une course au moins-disant fiscal qui sape l’avenir des acquis sociaux et des institutions de solidarité.

Intervenants :

- Eric Alt, magistrat, membre du Syndicat de la magistrature
- Marie-Hélène Aubert, député, vice-présidente de l’Assemblée nationale
- Laurent Beccaria, Directeur des éditions Les Arènes
- William Bourdon, avocat, Président de Sherpa
- Pierre Brana, député, secrétaire de la commission Affaires étrangères
- Samira Daoud, coordinatrice de BPEM
- François D’Aubert, député, membre de la mission parlementaire sur la délinquance financière et le blanchiment de capitaux en Europe
- François Lille, Président de BPEM
- Gus Massiah, Président du CRID
- Bernard Monnot, banquier, membre du groupe "paradis fiscaux" d’Attac
- Vincent Peillon, député, président de la mission d’information sur la délinquance financière et le blanchiment de capitaux en Europe
- Claude Piganiol Jaquet, économiste, membre du groupe "femmes et mondialisation’ d’Attac
- Benjamin Toungamani, Président de l’association France Congo éducation et Secrétaire général du Comité Europe pour la paix et la démocratie au Congo Brazzaville
- Eric Toussaint, Président du CADTM
- François-Xavier Verscahve, Président de Survie et animateur du Comité scientifique de BPEM

Programme détaillé de la journée

a lire aussi