Survie

Projet d’eoliennes sous-marines : valorisation energetique des courants marins

Publié le 23 octobre 2002 - Sissulu Mandjou Sory

Situee au fond du Kvalsund, etroit bras de mer qui separe l’ile de Kvaloya Fala de l’extreme nord de la Norvege, la premiere usine maremotrice de Norvege est sur le point d’etre installee. Son developpement par l’entreprise norvegienne Hammerfest Strom AS avait abouti a une demande de brevet deposee au debut de l’annee 2001 (cf. Oslo Science et technologie, mars 2001).

Ce type de centrale electrique constitue une innovation au niveau mondial, car bien que la technologie sur laquelle est fondee le principe de fonctionnement de ces eoliennes sous-marines soit basee sur celle des turbines utilisees dans les eoliennes classiques, l’innovation reside en l’espece dans leur implantation sous-marine. Les turbines ont ainsi ete adaptees pour les courants sous-marins et les changements de marees. Les defis technologiques lies a ce projet sont varies. En effet, la vitesse de l’eau est bien moins importante que celle du vent et l’eau est 850 fois plus dense que l’air. Il en resulte, a vitesse egale, que les forces exercees sur les turbines de ces eoliennes sous-marines sont bien plus importantes que celles s’exercant dans le cas de l’utilisation d’une turbine d’eolienne classique. De ce fait, l’echelle doit etre bien plus petite dans le cas des eoliennes sous-marines.

Les premieres experimentations debuteront en novembre 2002 et finiront en 2004. Si les resultats sont concluants, une installation de 20 eoliennes sous-marines sera mise en place sur le site de Kvalsund Strait dont l’interet de ce site est de presenter des marees d’intensite assez moderee et des courants faiblement turbulents.

Chaque turbine est haute de 25 metres et le rotor possede un diametre de 20 metres. Le design de la turbine permet un changement d’axe des pales, au gre des changements de marees, ce qui conduit a une meilleure conversion de l’energie des marees en courant electrique. De plus, la programmation du changement de direction des pales est facilitee par le fait que les changements de marees (toutes les six heures) sont parfaitement previsibles contrairement aux changements de directions du vent.

L’une des inconnues de ces essais demeure la presence d’algues accrochees aux pales, qui pourraient entrainer un dysfonctionnement. Les experiences pilotes permettront de quantifier ce risque.

Contacts :
- Per Egil Skåre, SINTEF Energy Research, Dept. of Energy Systems, tel : +47 73 59 78 31
- Harald Johansen, directeur administratif.

Hammerfest Strom AS, Rossmollgata 50, 9613 Hammerfest

tel : +47 78 42 82 00 fax : +47 78 42 82 06 e-mail : firmapost@hfel.no, http://www.tidevannsenergi.com/main.htm Source : Guillaume Servant, Volontaire civil international, Universite de Trondheim (NTNU), Guillaume.Servant@chembio.ntnu.no

a lire aussi