Accueil du site > Billets d’Afrique > 2015 > 243 - février 2015 > Partager la croissance, mais pas les emmerdes

Entreprises

Partager la croissance, mais pas les emmerdes

Publié le 6 février 2015 (rédigé le 1er février 2015) par Thomas Noirot

L’exécutif, soucieux de relancer l’économie par la diplomatie économique, déroule le tapis rouge à l’Afrique de la croissance, tandis qu’il s’oppose à la mise en place d’une responsabilité juridique pour les multinationales françaises vis à vis de leurs filiales.

François Hollande, qui officiellement n’organise plus de sommets France-Afrique mais démultiplie désormais les occasions de réunir les chefs d’Etats africains, a invité plusieurs d’entre eux à Bercy, le 6 février, pour un raout intitulé « Forum franco-africain pour la croissance  », nouvel avatar des initiatives de l’exécutif socialiste en termes de « diplomatie économique » à destination de l’Afrique. Il est d’ailleurs coorganisé par le Medef International, tout comme l’avait été le « Forum pour un nouveau modèle économique de partenariat entre l’Afrique et la France » organisé en décembre 2013 à la veille du Sommet pour la Paix et la Sécurité de l’Elysée, et au cours duquel avait été discuté le « rapport Védrine » qui appelait sans complexe à reconquérir l’Afrique (cf. Billets n°231, janvier 2014). Sept mois plus tard, le gouvernement officialisait la création de la « Fondation franco-africaine pour la croissance  ». Selon le communiqué commun du ministère des Finances et de celui de l’Economie (15/07/14), «  cette Fondation, réseau social rassemblant les acteurs français et africains, a pour vocation d’intensifier les relations économiques entre l’Afrique et la France au service d’une croissance inclusive et durable associant tous les acteurs, à travers la formation académique et professionnelle, la promotion active des échanges et des investissements croisés et un rôle de plaidoyer pour les échanges entre l’Afrique et la France ». Et qui est mieux placé pour ce « plaidoyer » qu’un des coauteurs du rapport Védrine ? L’un d’eux, le banquier Lionel Zinsou, avait donc en charge la « préfiguration » (sic) de cette fondation, dont tout le monde semble s’accorder pour dire que c’est une bonne idée mais cherche encore à quoi elle sert.

Hôtes infréquentables

Selon la Lettre du Continent (30/01), la dite fondation francoafricaine pour la croissance sera cette fois lancée officiellement, à l’occasion de cette journée à laquelle est invitée « une haute personnalité issue de chaque zone du continent en vue d’évoquer les moyens de renforcer la relation économique avec Paris, qui mise sur l’Afrique depuis plusieurs mois pour doper sa croissance ». Et ce média souvent officiellement tuyauté d’annoncer « la présence de plusieurs présidents francophones, dont le Gabonais Ali Bongo et le Sénégalais Macky Sall » tandis qu’ Habib Essid, le nouveau chef du gouvernement tunisien, se serait décommandé et devrait être « remplacé par Alassane Ouattara ». On reconnaît les vrais amis, et le président ivoirien Ouattara peut difficilement refuser les honneurs de Paris. Bongo ne rate pour sa part aucune occasion de venir parader avec Hollande. Mais comme il ne faut pas rester qu’entre francophones, lorsqu’on parle de croissance (l’Afrique anglophone conciliant étrangement une moindre ingérence française et une situation économique et politique globalement meilleure), François Hollande devrait aussi pouvoir compter sur la présence du « président kenyan Uhuru Kenyatta et [du] premier ministre mauricien, Anerood Jugnauth ». Ce dernier gouverne un paradis fiscal classé 19ème à l’indice d’opacité financière publié en 2013 par l’ONG britannique Tax Justice Network (entre l’Autriche et les Îles Vierges Britanniques) ; mais quand on parle affaires... Quant au président Kenyatta, il est poursuivi par la Cour Pénale Internationale (CPI, dont la France est un Etatpartie), pour les violences post-électorales de 2008 au Kénya. Certes, la CPI commence à être décrédibilisée en Afrique, à force de ne s’en prendre qu’à des Africains (du moins lorsqu’ils ne sont pas des alliés importants des Occidentaux), mais le serait-elle à l’Elysée ? Mais quand on parle affaires…
Le hasard du calendrier fait que cette invitation à partager les fruits de la croissance africaine (avec les entreprises françaises, mais pas avec les populations) devrait coïncider avec les prochaines batailles autour d’une tentative de partager les conséquences du pillage. En effet, la proposition parlementaire de loi (PPL) sur le « devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d’ordre », qui visait à imposer aux firmes qui engrangent les profits de leurs filiales à l’étranger d’être en mesure de prouver qu’elles faisaient le nécessaire pour empêcher de graves atteintes à l’environnement et aux droits humains, vient de subir un enterrement de première classe. Avec, dans le rôle du fossoyeur zêlé, le Parti socialiste, dont le groupe parlementaire avait pourtant déposé la proposition de loi aux côtés des 3 autres groupes dits de gauche à l’Assemblée.

« J’ai parlé de gens qui meurent. On m’a répondu CAC 40 »

Dès la discussion en Commission des Lois, le 21 janvier, le ton était donné. C’est la rapporteuse du texte, la députée EELV Danielle Auroi, qui l’a le mieux expliqué huit jours plus tard : « Les débats en Commission m’ont désagréablement surprise. J’ai parlé de gens qui meurent. On m’a répondu CAC 40 » [1]. En plénière, le 29 janvier, le groupe socialiste a docilement suivi la consigne du gouvernement : demander et voter le renvoi en Commission, pour un « projet alternatif » de loi ayant prétendument le même objectif généreux – afin de ne pas assumer publiquement de refuser de rendre les multinationales françaises responsables de leurs filiales. Il est vrai que, deux jours avant, un sondage CSA commandé par les ONG et syndicats regroupés au sein du Forum Citoyen pour la Responsabilité Sociale des Entreprises montrait que « 3 Français sur 4 (76%), toutes sensibilités politiques confondues, pensent que les multinationales françaises devraient être tenues responsables devant la justice des accidents graves provoqués par leurs filiales et sous-traitants  ». Mais l’exécutif, qui invite les pays africains à partager leur croissance, semble compréhensif lorsque les firmes françaises refusent de partager les problèmes de populations sur le dos desquelles elles fondent leurs bénéfices.

[1] Propos tweetés par l’ONG Sherpa.

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 243 - février 2015. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter