Accueil du site > Françafrique > Gabon > Communiqué de la société civile sur la répression policière au (...)

Communiqué de la société civile sur la répression policière au Gabon

Quelques semaines à peine après la réception du dictateur Ali Bongo par François Hollande, le 5 juillet, le régime gabonais montre une nouvelle fois son vrai visage. Survie relaie ici le communiqué du mouvement de la société civile gabonaise "Ça suffit comme ça !".

Le mercredi 15 août 2012 des milliers de citoyens gabonais, militants de l’opposition et de la société civile devant participé à un meeting conjoint de l’opposition et de la société civile au quartier Cocotiers de Libreville ont subit une sauvage répression de la police nationale et des milices agissant sous les ordres d’ALI BONGO .
Plusieurs personnes ont été blessées par balles réelles provenant des milices infiltrées aux forces de police nationale qui portaient des cagoules. Dans cette folie répressive une jeune fille de 22 ans est morte suite aux brutalités policières.
Durant la répression de cette manifestation 66 personnes dont une majorité de jeunes de moins de 30 ans et de femmes ont été interpellées et sont actuellement détenues dans une cellule de 10 m2 au camp de la Force de Police d’Intervention( FOPI) , privées de nourriture, obligées d’uriner et de faire des selles sur le sol.
En outre, les détenus subissent toutes de sortes de tortures physiques, morales et psychologiques y compris les intimidations et le chantage pour les obliger à faire des déclarations et des aveux mensongers sous la contrainte à la télévision publique contrôlée par ALI BONGO et son clan. Présentement, 57 personnes sont toujours enfermées.
Il s’agit ici d’une atteinte inadmissible aux droits de l’homme, à la dignité de la personne humaine. Ces traitements inhumaines réaffirment le caractère tyrannique du régime d’ALI BONGO et confirment que le Gabon est sous l’emprise de personnes sans foi ni loi qui n’ont aucune considération pour l’être humain et qui ont pour seule ambition : leur pérennité au pouvoir.
A toutes fins utiles, tenir des réunions publiques, organiser des marches concourent à l’expression des droits civils et politiques constitutionnellement reconnus au Gabon et universellement consacrés dans le Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques ratifié par le Gabon depuis 1983.
Pour le « Mouvement Ca Suffit Comme ça » ces droits sont inaliénables non négociables.
Le « Mouvement Ca Suffit Comme ça » considère que l’opposition et la société civile ont aussi le droit d’organiser des meetings populaires ou des marches pacifiques pour exiger la tenue d’une Conférence Nationale Souveraine au même titre que tous les autres citoyens gabonais souhaitant s’exprimer sur ce débat qui revêt une importance capitale, et que le Gouvernement illégitime d’ALI BONGO ne pouvait aucunement interdire la tenue de cette rencontre étant donné que dans le même temps, le mardi 14 aout 2012 une centaine de jeunes , recrutés et payés par le régime, avaient organisé une marche contre le projet de Conférence Nationale Souveraine.
Aussi, « le Mouvement ça suffit comme ça » exige la libération immédiate et sans condition de toutes les personnes interpellées et incarcérés au cours de cette manifestation.
Le « Mouvement ça suffit comme ça » prend la communauté nationale et internationale à témoin face aux risques d’embrasement du pays suite aux choix irresponsables de Monsieur Ali BONGO et son clan, qui face aux aspirations légitimes du peuple pour la restauration de la démocratie, de l’état de droit et pour une meilleure justice sociale, répondent systématiquement par la violence et la brutalité en utilisant des mercenaires étrangers contre les populations désarmées.
Les souvenirs horribles des massacres orchestrés en 2009 à Port Gentil par une bande d’étrangers infiltrés dans notre armée restent encore vivaces dans la conscience des Gabonais et de la Communauté Internationale.
Face à cette dérive autoritaire et suicidaire, « le Mouvement ça suffit comme ça » demande à la Communauté Internationale de se mettre, d’ores et déjà, aux cotés du peuple gabonais face à un pouvoir sans foi ni loi qui n’hésite pas à martyriser son peuple et qui court le risque de plonger le pays et la sous-région dans une catastrophe aux conséquences incalculables.
Le « Mouvement ça suffit comme ça » réaffirme l’exigence de l’organisation d’une Conférence Nationale Souveraine, seule issue susceptible de sortir le Gabon de la crise profonde actuelle en préservant la paix, la stabilité et la cohésion sociale.

Libreville, le 19 août 2012

Contacts presse :
- Marc ONA ESSANGUI, Coordonnateur du Mouvement ça Suffit Comme ça, Président de Brainforest, Prix GOLDMAN ENVIRONNEMENT 2009 : (241) 07294140 : ona_essangui -at- yahoo.com
- Georges MPAGA, Porte parole 1 du Mouvement ça Suffit Comme ça, Président du Conseil d’Administration du Réseau des Organisations Libres de la Société Civile pour la Bonne Gouvernance au Gabon ( ROLBG) : (241) 07519932 : gmpaga -at- yahoo.fr
- Dieudonné MINLAMA MINTOGO, Porte parole 2 du Mouvement ça Suffit Comme ça Président de l’Observatoire National de la Démocratie : (241) 07948719 : minlamadd -at- yahoo.fr
- Alain MOUPOPA, Président d’Afrique Horizons ONG des Droits de l’Homme : afrique.horizons -at- gmail.com, moupopa.alain -at- gmail.com (241) 07751503

S'abonner à la newsletter