Accueil du site > Génocide > Implications politiques militaires françaises > Déclassification des archives sur le rôle de la France au Rwanda : les (...)

Déclassification des archives sur le rôle de la France au Rwanda : les petites annonces ne suffisent pas !

7 avril 2016 par Survie

Il y a un an, le 7 avril 2015, l’Élysée annonçait la déclassification d’archives de la présidence de la République concernant le Rwanda pour la période 1990 à 1995. L’association Survie, qui s’était mobilisée durant toute l’année précédente pour l’ouverture des archives et avait remis le 28 juin 2014 au ministre de la Défense une pétition à ce sujet signée par plus de 7000 personnes [1], avait rapidement constaté que le compte n’y était pas. Il s’agissait en effet de seulement 83 documents, la majorité déjà connus, alors que des milliers d’archives restent inaccessibles aux chercheurs et à la justice, notamment les documents militaires [2].

Depuis un an, seul un nouveau document a été rendu accessible, et par erreur puisqu’il est toujours classifié « Secret » : divulgué aujourd’hui par Survie [3], il suggère que les opérations des forces spéciales françaises menées à partir de 1993 ont été pilotées hors de tout circuit officiel, par les conseillers militaires du président Mitterrand.

Pour Fabrice Tarrit, président de Survie, « Depuis l’annonce tonitruante de l’année dernière, la société civile n’a eu accès qu’à un seul nouveau document, et par erreur puisqu’il n’est pas déclassifié. C’est une nouvelle illustration de l’arbitraire entourant le secret défense, qui fait barrage à la vérité sur le rôle des autorités françaises avant, pendant et après le génocide des Tutsi au Rwanda. Alors, puisque les responsables politiques et militaires de l’époque disent n’avoir rien à cacher, pourquoi maintenir une telle chape de plomb ? »

Vingt-deux ans après le déclenchement du génocide des Tutsi au Rwanda, il est inimaginable de maintenir le secret sur des documents qui peuvent permettre de faire toute la lumière sur la réalité de l’engagement français aux côtés des autorités de l’époque. L’association Survie renouvelle donc sa demande de déclassification des archives françaises de 1990 à 1995 concernant le Rwanda, en priorité toutes celles pour lesquelles cela a été refusé dans le cadre des affaires judiciaires en cours. Elle exhorte enfin les députés et sénateurs à mettre en place une commission d’enquête parlementaire sur le rôle de la France au Rwanda à cette période, dont les pouvoirs d’investigation permettraient de briser ce silence.

[1] Voir ici la mobilisation organisée ce jour-là

[2] Pour plus de détails, lire François Graner, « Une déclassification sans réelle portée », Billets d’Afrique n°246, mai 2015

[3] Contenu diffusé avec le nouvel article de François Graner, « "Ouvrons les archives !"... mais ensuite ? », Billets d’Afrique n°256, avril 2016

S'abonner à la newsletter