Survie

Billet d’humeur : Sidaçi, Sida surtout là

(mis en ligne le 1er janvier 2005)

Dans neuf pays africains, l’« espérance » de vie est inférieure à 40 ans [1]. Deux tiers des séropositifs dans le monde sont des Africains, trois quarts des femmes séropositives sont des Africaines. En 2004, plus de 3 millions d’Africains, gonflant les chiffres de l’an dernier, ont été atteints par la maladie. 2,3 millions en sont morts. Selon le Canadien Stephen Lewis (interviewé par l’hebdomadaire allemand Die Zeit, cité par Le Monde du 01/12), il en est ainsi en raison du racisme et de l’indifférence : « Un racisme sous-jacent, que personne évidemment n’est prêt à reconnaître ». Si notre lectorat a l’impression que Billets se répète, nous répondrons qu’il y a des répétitions qui valent d’être poursuivies sans relâche.

Au fait, Stephen Lewis est l’envoyé spécial de Kofi Annan pour le sida en Afrique, qui parle de « massacre commis par indifférence ». À quoi sert un envoyé spécial si on ne l’encourage pas dans sa tâche ? « Le plus lourd tribut à la maladie se paie chez les pauvres, les plus pauvres de la planète », commente Eric Fottorino (Le Monde, idem). Eh oui, l’ennemi c’est les pauvres, pas à cause d’une agression dont ils seraient à l’origine, mais parce que cela coûte cher aux riches de les prendre en « compte ». Si l’envoyé spécial décidait de faire la grève de la faim, devant Saint-Pierre de Rome par exemple, j’irais le rejoindre.

« Les crimes que l’on commet en notre nom, il faut bien que nous en soyons personnellement complices puisqu’il reste en notre pouvoir de les arrêter », disait Jean-Paul Sartre à propos de la guerre d’Algérie (Les Temps Modernes, 1957). « Notre pouvoir », c’est nous, un pouvoir collectif. Tous à Rome ? Pas si simple ? En effet. Il y a des moments de l’histoire où les « envoyés spéciaux » sont amenés à suivre le train, et des moments où ils peuvent mettre en mouvement ce qui n’attend qu’eux. Si ce n’est pas Rome, Monsieur Lewis, où vous voudrez. Vous n’y resterez pas longtemps seul.

Sharon Courtoux

[1Botswana, Lesotho, Malawi, Mozambique, République Centrafricaine, Rwanda, Swaziland, Zambie, Zimbabwe.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 132 - Janvier 2005
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi